Je deviens « YouTubeuse »

Non mais si on m’avait dit qu’un jour je me ferais une chaîne YouTube, je ne l’aurais pas cru !

Pour quoi j’ai décidé de faire une chaîne YouTube ? Pour parler à des personnes qui s’interrogerent. Des personnes dans une situation problématique qui auraient besoin de s’identifier de voir qu’elles ne sont pas seules.

Ma page YouTube : Nelly les couleurs de ma vie!

Que vais je y mettre ? Ce que je sais faire le mieux: Parler de la grossesse, l’accouchement, la petite enfance, mais aussi l’autisme, l’encouragement, bref partager mon vécu perso et professionnel de ce qui me passionne au fond. Et surtout  redonner de l’espoir, de l’envie de faire, d’être. Partager, encourager encore et encore. Un peu comme sur ce blog mais avec des vlogs !

Mon thème préféré, la famille et la parentalité

J’ai vécu ce que beaucoup de parents vivent, des montagnes russes, des hauts, des bas et je me suis rendue compte que l’on évolue toujours. Le parent parfait n’existant pas, on avance, sur un chemin propre à chacun.e, et on prend ou non ce que nous y trouvons. Et les influences extérieures peuvent être de formidables opportunités de prendre des décisions, de changer des choses, de grandir.

L’adolescence période parfois compliquée pour des parents

Moi j’ai appris beaucoup autour de moi. J’ai été influencée par tant de personnes, de parents bienveillants, aimants, intelligents, ils m’ont tant appris. J’ai appris à devenir maman, j’avais l’instinct maternel au départ de la vie de mes enfants mais c’est au fur et à mesure que j’ai appris à devenir leur mère . Celle qui fait des erreurs pour mieux apprendre. Mais qui le fait de tout son cœur. Les erreurs aident à mieux choisir. C’est un long cheminement la parentalité. Alors quand on peut y réfléchir déjà avant d’avoir des enfants c’est chouette aussi, cela permet de se donner une direction. Malgré tout mon rôle est quand même de rappeler que rien n’est figé. On apprend sur le « tas »! C’est pour cela aussi que je fais un Diplôme universitaire de soutien à la parentalité.

Quand la différence de l’enfant s’invite dans la parentalité

Et puis il y a aussi les parents qui font face au handicap ou à la différence. Il y a toutes sortes de #handicaps mais personnellement je suis Touchée et spécialisée dans l’#autisme. J’ai également des enfants #HPI avec une façon bien propre à eux, de grandir, et d’exister. Ces enfants là nous apprennent aussi à changer notre regard de parents.

Les parents face à l’autisme

C’est pour toutes ces raisons que je souhaite faire cette chaîne YouTube. Pour qu’elle devienne un partage, une occasion de ne plus se sentir tout seul et un encouragement à avancer tel.le que l’on est. 😊

Comme pour tout réseau social c’est grâce à vous que l’on avance, donc je vous encourage à regarder les  vidéos, les liker 👍 les partager ▶️ et vous abonner cela sera un magnifique retour de votre part pour tout le travail accompli 😉. Merci prenez soin de vous !

Nelly 😊

Les intérêts restreints chez le TSA ( troubles du spectre autistique)

Qu’est ce qu’un intérêt dit restreint?

C’est un intérêt que porte une personne qui a un trouble neuro-développemental, qui se caractérise par une forme d’obsession pour un thème et qui lui prend toute son attention.

L’intérêt restreint est la bête noire pour les parents ou les proches de la personne.

Pourquoi ? Parce que cela prend tellement de place dans la tête et donc dans la vie de la Personne qu’il en oublierait de s’alimenter, de se laver, de sortir, de voir du monde, bref la personne a beaucoup de mal à décrocher. Et c’est problématique car il faut bien rythmer sa journée par d’autres activités.

Ce que l’intérêt restreint procure

Alors on retrouve des intérêts restreints communs chez beaucoup d’enfants par exemple et on ne sait pas vraiment pourquoi. Les dinosaures, les insectes, les maths, les Pokémon, et puis a l’adolescence beaucoup sont fans d’animés japonais. Les livres aussi. Mais aussi certain.e.s se passionnent pour l’autisme ou les relations sociales ou d’autres domaines et en font leurs études tellement ils poussent la réflexion dans leur intérêt.

Souvent la personne devient tellement experte dans le domaine de son intérêt, elle est autodidacte et surpasse certains professionnels que l’on pense à tort que celle ci est surdouée. Or ce n’est pas systématiquement le cas. Beaucoup on un QI dans la norme mais leur intérêt est tellement exploité qu’elle surpasse la connaissance de beaucoup.

Regardez Paul El kharrat, dans son livre ( ma 153e victoire) il nous raconte comment il a gagné 153 fois au jeu télévisé les douée coups de midi. Il explique qu’il n’est pas surdoué, son QI à été évalué dans la norme. Mais son intérêt pour l’histoire et la culture est tel, qu’il a pu répondre à des centaines de question sur Des dates notamment.

Les TSA développent des connaissances exceptionnelles grâce à leurs intérêts restreints

Vous avez l’autisme sans Di ( asperger) n’est pas un autisme de surdoué. La grande majorité d’entre eux sont dans la norme. C’est un préjugé de penser qu’il sont tous des petits génies.

Certains connaissent tout sur les insectes.

L’avantage, car il y a des avantages dans l’autisme, c’est que ces personnes peuvent en faire leurs études, leur métier. Beaucoup de personnes autistes sans Di ( asperger) sont docteurs, chercheurs, anthropologues, psychologues ect… Car ils vont jusqu’au bout des choses, au bout de leurs recherches.

Alors est ce qu’un intérêt peut durer toute la vie ? Oui mais il peut durer, quelques années, mois, semaines. Il n’y a pas de pré-requis.

L’intérêt restreint calme, apaisé l’anxiété, créer une routine qui rassure. La personne TSA en a besoin, c’est vital pour elle et son équilibre mental. Dans son intérêt elle se réalise, elle existe.

Les ados sont friands d’animés japonais

Petit témoignage : mon fils a 9 ans était passionné d’insectes, d’abeilles, de papillons. Un jour on a organisé un café /chercheurs. On a eu l’occasion de faire venir dans notre resto solidaire des chercheurs dans toutes sortes de domaines. Et il avait un chercheur du muséum d’histoire naturelle de Paris, specialise dans les insectes. Mon fils n’a eu deux que pour lui. Et durant 2 heures il a discuté insectes avec lui. Au bout de 2h je lui ai demandé si tout allait bien… Le bonhomme était impressionné par le savoir de mon loulou. A tel point qu’il lui a conseillé de venir à Paris et qu’il lui ferait visiter le muséum d’histoires naturelles version coulisses !

Pour moi c’était pareil, avant que je connaisse mon autisme je bataillais avec ma gestion du temps. Quand je me mettais à la couture, ou quand je faisais quelque chose qui me passionne comme lire, ou écrire je ne voyais pas le temps. Combien de fois mon mari est entré à la maison et je n’avais ni fait à manger, ni rien d’autre à 21h… C’était embêtant avec les enfants… J’ai appris grâce à lui à mettre des alarmes sur mon tel et à gérer et mon temps et mon énergie.

Vous l’aurez compris les intérêts restreints peuvent gâcher la vie des proches, mais c’est une formidable capacité qu’on les personnes TSA. Le tout est de leur apprendre à les gérer. En mettant des timer, alarmes. En leur apprenant qu’il y a d’autres choses à découvrir ( bon courage !). C’est ça aussi la singularité de l’autisme. Et si vous rencontrez une personne qui vous parle de son intérêt restreint, soit elle vous passionnera soit vous allez vite vous retrouver dans un engrenage !

Prenez soin de vous !

Nelly

#interetsrestreints #TSA #autisme #autismesansDi #aspergerauféminin #asperger

Un de mes intérêts restreints : les livres

Changement de nom

Je viens de changer le nom de mes réseaux sociaux, blog, carte de visite. Pourquoi LES COULEURS DE NOS VIES ?

Parce que je parle avec beaucoup de monde par les réseaux sociaux, notamment dans le domaine de la parentalité et je suis émerveillée par toutes les  » couleurs » de chaque vie .

Chaque maman, chaque papa, qui se battent pour l’amour de leurs enfants, que c’est beau. J’apprends tellement à travers chacun.e d’entre eux , et je trouve que ce nom est un hommage à leurs vies, leur combats, leurs victoires, leurs évolutions.

Comme je l’ai toujours dit la parentalité est un domaine qui n’est jamais figé, on se modifie sans cesse en tant que parents , en fonction des courants, en fonction des partages, des témoignages, rencontres, lectures.

Les couleurs de nos vies c’est pour dire qu’il n’y pas de jugement car la parentalité parfaite n’existe pas et heureusement il n’y a pas de fiche recette pour l’atteindre. Chaque parent fait du mieux qu’il le peut en fonction de ce qu’il a reçu et en fonction de ce qu’il souhaite vivre.

Un proverbe chinois dit : avant de juger l’autre, mets ses chaussures ! » et voilà ce que je veux vivre. Je veux continuer à apprendre des autres. Nous sommes riches d’expériences et d’envies. J’ai tant appris par les autres, d’ailleurs regardez les tout-petits, comment apprennent-ils le mieux ? En observant les grands autour d’eux !

Je vois que nos couleurs ont la capacité d’égayer des tas de vies . Quand on est imparfait mais rempli de lumière on éclaire . Bien sûr il faut savoir discerner et choisir quelles couleurs on veut recevoir dans son tableau, est-ce des couleurs vives, chatoyantes, chaleureuses ou froides et sombres ? Tout est question de choix .

Mais toujours est-il que quand on est empreint de bienveillance, quand on recherche le bien, la paix, la joie, même si on ne le vit pas au moment où l’on voudrait car la vie est parfois très dure, et bien on est attiré par des personnes  » colorées » de ces attributs et qui sauront vous redonner un coup de pouce pour vous relever et les amener dans votre tableau de vie. Moi c’est ce qui m’est arrivé.

Quand on regarde les tableaux de nos vies, on voit des imperfections certes, mais on voit tant de résiliences, d’espoirs vécus, de persevérance, d’amour, de foi, de rage parfois, de belles opportunités, des moins bonnes parfois mais je ne le dirais jamais assez, parents, vos tableaux de vie sont beaux. Uniques . Et autant de choses à partager 🙂

Merci les parents pour vos partages, je suis heureuse d’avancer à vos côtés .

Et pour ceux qui le souhaitent je vous donne rendez-vous sur Instagram quotidiennement 🙂

Nelly

Les expertes du camouflage

l’Art du camouflage

Vous avez deviné de quoi je voulais parler ?

Et oui des femmes et de l’autisme ! Savez- vous qu’aujourd’hui en 2020 , la science loin d’être à la page en ce qui concerne l’autisme au féminin ? On ne sait que TRES peu de choses . Et pour cause, les chiffres en matière d’autisme disent qu’il y a 4 garçons pour une fille , or TOUS les professionnels sont d’accord pour dire que ce chiffre n’est pas réel et que BEAUCOUP de filles, de femmes ne sont pas détectées encore moins diagnostiquées .

Pourquoi ?

Bien tout simplement pour 2 raisons majeures :

  1. Les femmes sont sous diagnostiquées tout simplement parce que les diagnostics d’autisme ( le DSM5 et la CIM10 ) ne sont pas adaptés à leur façon bien subtile de fonctionner . Mais qu’ont-elles de plus que les garçons ?
  2. Bien c’est la seconde raison , elles s’ADAPTENT et CAMOUFLENT bien plus facilement les troubles pour se conformer au modèle social . Autrement dit, ce sont des expertes, des caméléons . Elles ne le font pas exprès, les femmes sont ainsi . Autant elles s’adaptent à la douleur pour survivre à des douleurs telles que des enfantements , autant elles s’adaptent pour minimiser leurs troubles et leur différence en matière de handicap et notamment d’autisme .
Elles passent inaperçues dès le plus jeune âge

Elles sont dotées de qualité hors normes

Cela n’empêche que, même si elles sont ces facultés d’adaptation, cela reste pas moins une lutte quotidienne pour elles. On serait tenté de dire ,  » si elles arrivent à camoufler alors elles n’ont qu’à s’adapter au moule sociétal et vivre comme ça ! »

Bien le problème est que le camouflage crée trop souvent une très grande souffrance et par conséquent une fatigue émotionnelle , psychologique et physique . De plus les statistiques prouvent que leur fonctionnement fait qu’elles sont plus à même de subir des agressions sexuelles que le reste de la population . Ce qui ajoute du handicap au handicap.

En diagnostiquant ces filles le plus tôt possible on peut ainsi éviter :

  • les troubles des apprentissages
  • Les rejets sociaux , le harcèlement sous toutes ses formes
  • L’isolement et la phobie sociale
  • les dépressions
  • Les Burn-out
  • Les phénomènes autodestructeurs type scarifications
  • les tentatives de suicide

En effet les filles / femmes autistes cumulent des difficultés et pensent à tort qu’elles sont seules responsables . Aucune issue n’est possible alors à leurs vie quotidienne. Elles cumulent troubles sociaux , communicatifs, sensoriels , intérêts restreints, psychorigidités et sont face en permanence à une société qui leur renvoie une différence invisible et les culpabilisent sur cette différence .

C’est pourquoi il est nécessaire de savoir :

  • Dépister
  • Orienter
  • Diagnostiquer
  • Accompagner
Une vie à part
la nécessité d’un diagnostic
Aider la femme à se reconnecter avec qui elle est vraiment

Une femme diagnostiquée va vivre une libération , certainement après un temps d’acceptation certes, mais savoir enfin le pourquoi de ce qu’elle vit . .

  • Pourquoi elle a réagit de telle ou telle manière dans une situation .
  • Pourquoi était-ce si difficile de se faire des ami.e.s ?
  • Pourquoi elle ne supportait pas certaines nourritures , certains tissus , certains situations bruyantes , ou autre, au point d’en perdre la tête et d’en faire une crise , de perdre le contrôle .
  • Comprendre que le fait que changer de lieu, d’endroit ou de personne, d’activités était source d’angoisses .
  • Savoir pourquoi quand celle-ci se passionnait pour une chose en particulier au point de ne pas en dormir la nuit ou ne parler que de cela encore et encore au point de saouler sont entourage, c’était dans son fonctionnement naturel .
  • Savoir pourquoi quand on lui mentait ou quand une personne n’était pas vraie, pas intègre dans ce qu’elle disait être cela lui était insupportable .
  • Savoir que les hypersensibilités émotionnelles accompagnées de chutes avec des épisodes de tristesse profonde puis d’excitation positive n’était pas en fait dû à une bipolarité mais bel et bien à du TSA ( Trouble du spectre autistique ) .
  • Toutes ces petites choses, ces petits détails qui font que la vie peut devenir lourde , angoissante, voir un véritable enfer . C’est véritablement fatiguant ne le croyez-vous pas ?
t’as pas l’air autiste !
Julie Dachez l’autiste sans Déficience intellectuelle ou  » asperger » la plus connue de France
Superbe livre pour illustrer cette différence qu’est l’autisme chez les femmes

Julie Dachez , l’autiste féminine la plus connue de France illustre bien tout cela . Vous pouvez la suivre sur YouTube et en lisant ces 2 ouvrages ci-dessus . Pourquoi parler de l’autisme au féminin ?

Pour éveiller les consciences !

OUI des milliers de filles sont atteintes d’autisme sans le savoir dans les cours de récréation et pour elles l’école est source d’angoisse . Elles ont du mal à l’école et essuient échecs sur échecs ou on les prend pour des petits génies et cela arrange bien tout le monde . Souvent elles sont victimes de harcèlement scolaire

OUI des milliers de femmes cumulent des échecs d’ordre amicaux, amoureux , professionnels car elles ne sont pas entendues dans leur différence et leur relationnel. Elles vivent divorces, licenciements et vivent la précarité d’être mère et être incomprises .

OUI des milliers de filles / femmes subissent des agressions sexuelles car elles ne savent pas s’en protéger ,car elles ne connaissent pas les codes sociaux ni l’implicite dans les situations ! Et sont malheureusement trop souvent la proie de prédateurs peu scrupuleux .

OUI des milliers de jeunes femmes sont internées en psychiatrie parce qu’elles font des burn-out ou parce qu’elles font des tentatives de suicide et sont peut être juste atteintes d’autisme si on cherchait un peu plus loin ….

Vous l’aurez compris, les femmes autistes sont bien présentes dans la société et méritent qu’on ait un regard bienveillant sur chacune d’entre elles . Et si vous avez une amie, sœur pour laquelle vous avez de forts doutes. Je vous encourage à en parler et surtout démystifier le terme d’autisme qui est tellement écrasant et péjoratif . Non être une femme atteinte d’autisme n’est pas être une tare , un boulet ou une erreur de la nature . Comme je l’ai dit dans d’autres articles l’autisme a sa propre beauté .

Le diagnostic ne fera qu’ouvrir des « pièces » ( comme dans une maison ) de votre être intérieur, jusqu’ici fermées comme des caves noires et humides . Vous pourrez ainsi y laisser entrer de la lumière afin de pouvoir « nettoyer et aménager » ( les recoins de votre vie qui vous ont fait souffrir et que vous ne compreniez pas ) selon vos convenance et vos besoins. « Habitez votre maison intérieure « , ( c’est à dire sachez qui vous êtes et faites tout pour être en paix avec vous même en connaissant votre fonctionnement naturel ) quand on l’habite,( la maison qui représente notre être intérieur ) on l’aménage ( on développe des stratégies pour vivre mieux en tant que personne autiste ) elle en devient tout de suite plus chaleureuse !

( J’explique tout car les personnes avec autisme ont du mal à comprendre les choses « imagées  » .)

Et si vous étiez vous aussi concernée ?

*Témoignage *

Moi aussi j’ai enfin décidé de faire le diagnostic, à 45 ans parce que des tas de raisons m’y poussent . J’ai 2 enfants diagnostiqués et ce sont au cours des prises en charge que mon mari et moi-même avons été interpellés sur mon propre fonctionnement . En pleine guidance parentale pour mon fils !

Certes il y a eu des traumas dans mon enfance mais j’ai aussi un fonctionnement très atypique . Et vous savez quoi j’ai toujours cette sensation de chercher ma place au milieu des gens . D’être  » à part » , différente , une extra-terrestre . A la fois j’aime les gens plus que tout , sincèrement et pour moi la solidarité est la base de tout fonctionnement humain . On a véritablement besoin les uns des autres . J’ai besoin des autres …. mais à la fois je ne supporte pas les comportements des autres qui me renvoient quelque chose parfois de si fort , comme si on n’étaient pas sur la même planète .

Entre autres quelques-unes de mes batailles :

  • Je ne supporte pas le manque d’intégrité , je ne comprend pas la tricherie , il est tellement facile de rester soi-même , c’est moins fatiguant que de jouer un jeu selon moi … !
  • Je ne supporte pas le mensonge et si par malheur je mens moi-même, ma conscience me poursuit jusqu »à ce que je révèle la vérité !
  • Je ne comprends pas l’orgueil ni les vantards .
  • Pourquoi on ignore les autres? Les SDF ? Ceux qui sont moches , les gros, les sales ?
  • Peut-on juger sur ce qu’on ne vit pas ?… et pourtant je juge moi-même tous ces comportements je sais !…..
  • Je suis une passionnée qui en fonctionne dans mes activités que par passion, y compris professionnelle, et cela peut me jouer des tours car je vais le vivre de façon entière ! Bref je ne vais pas entrer dans tous les détails de ma vie profonde et privée mais je pense que le fait de chercher et peut-être de savoir va ouvrir de nouveaux horizons pour moi .
  • Bien entendu tout cela est fortement exacerbé au point que quand je ne comprend pas certains comportements ou renvois de ce que je véhicule je m’effondre . Cette hypersensibilité a eu raison de moi bon nombre de fois !

Il est tellement bénéfique et nécessaire de savoir qui on est. Néanmoins mon identité ne sera pas dans l’autisme si j’étais diagnostiquée positive , je reste qui je suis, telle que je suis et ce n’est pas l’autisme qui va changer quoi que ce soit . Ce diagnostic peut permettre à ce que je comprenne mes troubles et difficultés et m’aider à les travailler avec aide ou non . Un diagnostic ne doit pas être pour entrer dans une étiquette particulière comme un trophée ou un boulet à tirer toute une vie mais bel et bien pour mettre des mots sur des maux et trouver des outils de stratégie pour pouvoir minimiser les difficultés .

Les mamans atteintes d’autisme sont des supers mamans

OUI on peut être une femme autiste et être une super épouse , une super maman , une super amie , une super fille !

OUI on peut apprendre à vivre avec l’autisme avec des prises en charges adaptées avec un Psy TSA ou en mettant en place des stratégies de communication, de sociabilisation, de stimulations sensorielles ect…

On peut utiliser les mêmes outils que les enfants pour cela ( tableaux , timer, fidgets , ect ….)Pour ne pas se laisser envahir par le temps qui passe on peut utiliser son smartphone et y mettre pleins d’alarmes toute la journée . Moi, je suis Mme LISTES !

Quand on est blessé.e ou dans l’incompréhension dans les relations sociales, il faut du temps . Refuser de dire ce que l’on pense( souvent trop abrupt ) et se mettre quelque temps à part pour apprendre à prendre du recul. Mon mari m’est d’une aide précieuse maintenant que nous pensons que je suis atteinte de TSA , il me rassure , m’entoure , me valorise . Avant c’était plus compliqué et source de conflits, d’incompréhensions ( encore une raison de pousser la porte d’un CRA ou un cabinet pour passer un diagnostic !).

S’accepter telle que l’on est !

Bref vous l’aurez compris plus on se connaît soi-même plus on est en capacité de rechercher la paix intérieure et d’avancer sereinement pour soi et son entourage . .

Et pour le résultat de mon diagnostic, bien sûr je vous le dirais …. Prenez soin de vous 🙂

Nelly H 😀

La beauté de l’autisme

Souvent on parle d’autisme comme étant un  » handicap » donc un frein dans la vie , un boulet à traîner chaque jour et en fait une vie lourde de conséquences . Certes rien n’est simple en matière d’autisme , suivant le trouble présent , cela peut vite devenir un calvaire pour la personne elle même , voir ses proches . Avec une déficience intellectuelle on peut vite tomber dans une désespérance , un vrai fardeau, de devoir laisser son enfant dans un centre spécialisé sans pour autant voir une once d’autonomie pointer le bout de son nez . Mais il y a autant d’autisme que d’autistes et là je veux parler de ceux qui sont atteints du syndrome d’asperger ou de haut niveau , voir même certains qui sont avec déficience intellectuelle mais qui avec beaucoup de travail et d’amour arriveront à acquérir une certaine forme d’autonomie et de perspective d’avenir .

La complexité du spectre autistique , comme un puzzle unique pour chaque personne à composer

J’ai commencé à me poser la question de la  » réussite » sociale de quelques personnes atteintes d’autisme afin de rassurer mes enfants. Se savoir porteur de ce trouble neurodéveloppemental peut vite devenir pénible et stigmatisant . On a la sensation de rentrer dans une  » boîte » où l’on peut ne pas se reconnaître. C’est le cas de mes enfants . Ils ont leur normalité et ne comprennent pas forcément pourquoi la société ne la reconnait pas. De plus il faut sans cesse se justifier face aux autres , les fameux neurotypiques pour ne pas dire  » personnes normales « , sur les comportements différents, souvent dérangeants, trop précis et qui passent trop souvent pour du caprice ou de la mauvaise foi .

Pourtant ces personnes dites neuroatypiques ont un trésor en eux , insoupçonné, car il ne se voit pas derrière tous les comportements inadaptés qui masquent ce trésor . Que savons nous sur les personnes porteuses de TSA ( trouble du spectre autistique ) ?

>> Ils n’aiment pas mentir dans la majorité des cas , où ils ne savent pas bien mentir . C’est un concept qui les mettent en difficulté , puisque par la même occasion ils sont sans filtres, c’est à dire qu’ils n’ont pas de barrage à la parole donnée. Elle sort comme ils la ressentent . En bien ou en mal, au moins avec ces personnes on peut être sûr.e qu’on ne sera pas déçu.e de leur intégrité !

Greta Thunberg jeune autiste asperger et fervente défenseuse de l’écologie a souvent fait parler d’elle pour sa capacité à dire ce qu’elle pense alors que beaucoup n’osent pas le faire !

Ils ont souvent une soif de justice intense . Soyez injuste avec une personne porteuse de TSA et vous risquez d’avoir une réaction plus ou moins violente et sur la durée . Trop vite heurté.e.s par l’injustice dans un monde devenu trop insensible, ils peuvent entrer dans un mutisme par réaction et protection. Mais qui peut leur en vouloir ? N’ont-ils pas raison ? Qui se soucie de son prochain de nos jours ? Qui voit mieux avec le cœur que les yeux ? Depuis que les côtoient, je suis surprise et agréablement par leur  » vision » de la vie et des gens . Pas toujours facile pour l’inclusion ! Combien de fois mon fils avait une vision juste de ses camarades d’école qui mentaient , trichaient, étaient violents, moqueurs et parfois même dénués de bon sens …? Il ne comprenait pas et ne voulait plus rien avoir à faire avec eux ! Dur dur de lui dire qu’ils représentaient une bonne partie de la société et que notre rôle est de vivre parmi eux sans devenir ainsi . Mais une personne atteinte de TSA se pose alors la question , pourquoi s’obliger ? Grande question existentielle n’est ce pas ?

Citation de Marcel Proust

Les personnes atteintes de ce « handicap » au final sont belles , elles regardent avec leur coeur avant de regarder avec la raison et pourtant ce sont elles qui sont stigmatisées et mises sur le banc de touche de la société …. Maintenant regardons quelles personnes célèbres atteintes d’une forme d’autisme a réussi à passer outre et faire de son handicap invisible , une force , à sortir du lot et atteindre un but jusque là atteint par les neurotypiques :

Michel Ange était atteint d’autisme sans déficience ( asperger ) ses tableaux sont d’une beauté sans pareille
Daryl Hannah célèbre actrice américaine elle aussi atteinte d’autisme sans DI ( asperger)
Monsieur Josef Schovanec qui n’est PAS autiste asperger mais de Haut niveau c’est à dire avec un QI supérieur malgré un grand retard de langage dans son enfance . Porte parole de la cause de l’autisme, chercheur et écrivain
Keanu Reeves talentueux acteur Américain dans les années 80 /90 /2000
Marck Zuckerberg , créateur de Facebook, cela ne m’étonne pas , Facebook est bien le genre de réseau que les personnes avec TSA aiment afin de communiquer sans pour autant devoir gérer le lien réel avec tout l’implicite et non verbal que cela implique dans une relation Le virtuel est beaucoup plus simple .
Marie Curie qui a contribué à faire avancer la médecine avec son époux Pierre Curie . Elle a dû en passer des heures dans leur laboratoire . Autiste sans DI ( Asperger )
Paul , qui a été révélé après plus d’une centaine de victoires dans le jeu télévisuel  » les 12 coups de midi  » de Jean Luc Reichmann . Inédit . autiste sans Di ( asperger )
Temple Grandin , plus célèbre aux US qui a beaucoup parlé des troubles sensoriels dans l’autisme . On en la remerciera jamais assez . Icône de l’autisme féminin sans Di ( asperger )

Les personnes avec autisme ont cette force de vaincre et d’avancer malgré les difficultés . Avec cette beauté de simplicité et d’humilité qui les caractérisent ( en général , bien sûr il y a des exceptions à la règle ) . La plupart manquent cruellement de confiance en eux et ont du mal à entendre que ce sont de belles personnes .

Je pense non sans optimisme exagéré que le monde a besoin des personnes atteintes de TSA . Toutes ces personnes citées ci-dessus ont contribué à faire avancer les choses, en matière d’art , de recherche scientifique ou autre .

Ils nous bousculent , nous font réfléchir , nous remettent en question et nous poussent à donner le meilleur de nous mêmes. Et si on se laissaient un peu déranger dans nos conceptions toutes faites ? Et si on acceptait d’ouvrir nos regards au delà de ce qui est visible ?

Savez vous que les personnes avec autisme ont plus de facilité que les autres en matière de spiritualité ? Parce qu’ils sont simples et ne cherchent pas des réponses à tout .

Et si la beauté était simplement l’humilité ?

Par cet article je veux leur rendre hommage . Certes le diagnostic de nos enfants nous a bousculé, ébranlé ( sans nous faire chuter ), interpellé , changé . Mais au delà de nos sentiments, de la peur des regards, des difficultés relationnelles, des choses à gérer au quotidien, des prises en charges scolaires et para-médicales , des tensions familiales , des non-dits parfois, derrière tout ce brouillard que l’autisme peut amener , il y a des rayons de soleil . Des moments de pure grâce , des moments d’amour, d’espoir . Des moments d’émerveillements, des moments de complicité intenses . Des moments de victoires , d’amititiés .

Je dis souvent aux parents esseulés , découragés , qui ne voient plus le ciel bleu dans leur horizon, qu’avant d’être des personnes atteintes de TSA, nos enfants restent d’abord nos enfants, c’est à dire que rien ni personne au monde ne pourra briser ce lien d’amour inconditionnel qui nous lient .

Ils sont les plus beaux au monde parce qu’ils sont nos enfants , et nos espoirs trouveront un écho dans leurs cœurs . Aimez, sans relâche , aimez jusqu’au bout .

 » Un enfant autiste ne vient pas avec un manuel , il vient avec des parents qui n’abandonnent jamais ! » citation de personne inconnue

Nelly.

Ecrire …. sans s’arrêter !

Hier j’ai regardé un beau reportage sur Netflix, sur Anne Frank. Cette jolie enfant de 13 ans qui a écrit des heures durant , son adolescence ses rêves, 2 longues et interminables années d’horreur jusqu’au bout … POur vivre , exister, s’encourager !

Ecrire comme une respiration, comme c’est étonnant, je me souviens dès mon plus jeune âge j’ai commencé à écrire . Je faisais des journaux intimes, remplis de pages gribouillées de mes espoirs d’enfant et des pages remplies de couleurs et de stickers. Et puis on se l’échangeait avec les rares copines que j’ai eu… Et puis j’ai toujours été la première de ma classe en orthographe , parce que je lisais beaucoup » me disait-on ! Des 20/20 j’en ai eu, on me rappelait que j’avais  » l’orthographe inné « , je comprenais pas bien mais peu importe . Ce que j’aimais c’était les rédactions, cela se faisait encore à l’époque , avec une introduction, un corps et une conclusion. Qu’est ce que j’ai pu raconter de choses sur ces feuilles quadrillées ! Les maîtresses ont dû s’en donner à cœur joie, ou parfois pleurer.

l’écriture d’un enfant
plus tard …tantôt le stylo, tantôt l’ordinateur

Je n’ai jamais cessé d’écrire, faut dire que mon enfance ne fût pas toujours joyeuse, c’est le moins que l’on puisse dire , tant d’instabilités entre pouponnière, familles d’accueils, foyers et auprès de ma mère , je n’ai pas ancré mes racines dans autre chose que dans mes cahiers !

Ecrire pour pleurer une vie trop différente que celle des autres , écrire pour lutter , contre les injustices que l’on peut percevoir enfant , écrire pour crier, se révolter , se fâcher contre ceux qui ne comprennent pas et ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, écrire pour espérer, s’évader d’un quotidien trop lourd à porter . Voilà pourquoi j’allongeais mes « maux  » sur les cahiers . A l’adolescence j’y dessinais aussi , bon pas des dessins très « fleur bleue » car je me battais avec moi-même contre des adultes trop occupés pour me voir et m’aimer . Alors j’écrivais . Parfois j’écrivais ma haine, c’est un bon moyen d’expression parait-il car cela a le mérite de ne faire de tort à personne ! Et quand par malheur un adulte osait s’aventurer à regarder mon cahier en catimini, voilà la bombe qu’il prenait en pleine figure sans moyen d’y échapper ! Ecrire pour ne pas exploser et ainsi ne pas éclabousser !

Ecrire pour exprimer une émotion trop intense ou trop compliquée à exprimer à l’oral, je suis une vraie cruche à l’oral ! Je m’exprime pourtant beaucoup, je parle trop mais je ne trouve pas spécialement les mots appropriés au bon moment et cela peut amener des situations cocasses voir carrément glauques . Souvent je rentre chez moi en disant  » pffff tu as encore trop parlé  » ou  » tu as raté une occasion de te taire » ! Or sur le papier, on peut effacer, prendre le temps de réfléchir, recommencer, reformuler à sa guise . Je préfère.

passer des ténèbres à la lumière

J’aime écrire aussi pour prier , j’y trouve plus de profondeur . Chaque matin quand j’ouvre la Bible et y lit quelques lignes, je cherche à les comprendre, les méditent et puis je prends mon carnet. J’écris le verset, puis tout ce que cela suscite en moi avec mon vécu. J’écris alors à Mon Père puis lui donne mes sujets de prière et y allonge les noms des gens pour qui je prie . Ainsi en faisant de la sorte de temps en temps en me relisant, je peux me rendre compte comment Dieu répond à mes prières et me parle !

Ecrire pour passer des ténèbres de la vie à la lumière, où comment dans les heures sombres, ou émotionnellement je me sens au fond du trou, je peux petit à petit au travers des lignes voir la lumière percer et illuminer mon âme. Tout à coup, tout s’éclaire et je peux me poser et prendre du recul . Je vous conseille quand cela va mal de vous isoler, prendre un papier un stylo, écrire tout ce que vous ressentez et ensuite décider de retrouver la joie et brûler ou déchirer votre papier . Symboliquement vous passez des ténèbres à la lumière

Chercher la lumière

Ecrire aussi pour bénir l’autre, encourager , donner de l’amour . Quoi de plus merveilleux qu’une lettre d’amour, que cela soit à un conjoint, un parent , un.e ami.e ou une autre personne. L’amour se transmet différemment d’une personne à une autre mais reste de l’amour .Regardez les effets d’une telle lettre sur une personne. Cela peut complètement changer une vie . Les mots sur le papier sont gravés à jamais et sont autant de souffles de vie . Cela peut relever n’importe quelle personne découragée , déprimée. Les écrits restent, on peut s’en délecter, les relire et relire sans cesse . On peut s’en nourrir , les accrocher au mur, pour les voir systématiquement à chaque instant ! Qui n’a jamais accroché au mur comme un trophée une exhortation à ne pas oublier, l’écrit de son enfant qui vous dit qu’il vous aime et que vous êtes le plus merveilleux des parents ? {Regardez comme les livres sont importants ils ont le pouvoir d’exciter l’imaginaire , de faire rire, pleurer , peur … De donner de la force et de l’espoir.} Ecrire pour aimer est un acte de toute beauté . Dire à celui qui n’en peut plus qu’il est précieux, qu’il a de une valeur inestimable, qu’il a du sens, qu’il n’est pas une erreur . Ecrire pour transmettre, un savoir, un témoignage, une recommandation, un conseil , une prévention !

Ecrire et sublimer les mots pour les rendre plus beaux, plus explicites. Ecrire pour dire qui on est vraiment et ne pas surjouer, être tout simplement soi . Ecrire pour manifester son talent, s’exprimer avec classe, volupté et bienveillance . Ecrire pour chanter, rendre une chose mélodieuse à travers les mots et pourquoi pas l’allier avec la musique.

J’aime écrire , puis-je dire que j’aime la langue française ? je ne sais pas , ce n’est pas la plus belle langue pour expliquer la profondeur des mots . Pour révéler tous les sens des mots, mais c’est MA langue, celle dans laquelle je puise pour dire , graver, partager.

Ecrire de sa plus belle plume

Et puis il y a la forme … qui se perd au profit de l’outil informatique, ce qui est dommage mais j’avoue que je suis plus à l’aise sur un ordinateur . Est ce de la fainéantise ? sans doute …

Les anciens avaient une écriture magnifique . Il n’y a qu’a voir les cahiers d’antan. La beauté de l’écriture était exigée dans les classes, la propreté , cela vous coûtait votre note qu’elle soit en maths, français ou biologie ! On cherchait l’excellence et on l’obtenait . Mon grand-père avait une superbe écriture, j’ai toujours été étonnée je n’ai plus jamais vu un homme écrire aussi joliment … mais ce temps est définitivement révolu. Les filles ont ce goût du beau et souvent leurs cahiers révèlent combien l’esthétique a une place dans leur vie. Mais ce n’est pas systématique . C’est peut être parce qu’écrire tient une si grande importance dans ma vie que j’aime tant lire . J’aime me plonger dans les écrits des autres ! En fait chacun.e se révèle et fait tomber sa carapace à l’écrit . On ne peut pas tricher sur qui nous sommes une fois allongé.e sur le papier c’est comme allongé.e sur le divan d’une psychologue ! Mon fils est dysgraphique et cela m’a fait mal car je n’ai pu lui enseigner cet amour de l’écrit mais je lui apprend à écrire à l’ordinateur et à exprimer les mots ainsi. Plume ou ordi les mots sont les mêmes car ils sortent de cœurs semblables !

Autrefois
Encouragements à l’enfant

Je pense que l’écriture ne doit pas se perdre et je ne pense pas que ce soit le cas, vu l’engouement des réseaux sociaux, même si là c’est discutable car on ne se soucie pas de la personne qui a derrière son écran et qui lit , on en oublie la pudeur, le respect et la simplicité, le beau …. et que dire des fautes d’orthographe ?…

Ecrire c’est avant tout s’aimer, aimer, pardonner, protéger , dire, combattre, encourager , les écrits prennent ainsi tout leur sens et leur intérêt.. Ecrire pour ne pas oublier, pour ne pas effacer, pour garder une trace indélébile…donner du sens .

Ecrire pour exister

Vous l’aurez aisément compris l’écriture fait partie de moi, et preuve sur ce blog et plus encore , je ne suis pas prête de m’arrêter . Devenir blogueuse c’est le terme « moderne » pour dire écrivaine 🙂

A bientôt, prenez soin de vous !

Tu n’es pas une erreur !

J’ai hésité avant de faire cet article. Dois je donner mon témoignage ? Me dévoiler ? Dois je accepter de dire ce que j’ai vécu pour encourager d’autres ? Et puis la réponse s’est imposée à moi : OUI bien sûr, que cela serve , que d’autres jeunes et moins jeunes comprennent que leur naissance n’est pas une Erreur ! Je vois tellement de personnes , neuro- atypiques ( porteuses d’autisme ) ou autres qui se posent des questions et parfois cela les rendent malades . Et cela me fait mal , car je CROIS que chaque personne est UNIQUE , a de la VALEUR et a une UTILITE sur cette terre . J’ai moi même mis longtemps à m’en rendre compte . Voyons un peu comment cela s’est passé …

Bernard Lavilliers chantait :  » On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille, ni non plus les trottoirs de Manille , de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher … » Moi je suis née d’une très jeune maman, 17 ans , et d’un « géniteur » qui en avait 35 et qui était marié … Déjà le contexte était posé ! J’ai grandi entre familles d’acceuil, pouponnière départementale , foyers et Du temps près de ma mère .

Mon enfance a été chaotique , ma mère s’est droguée à l’héroïne une bonne partie de mon enfance , mon père ce grand absent …et moi je virevoltais au grès des personnes qui voulaient bien de moi . J’ai dû m’adapter, me conformer, subir, accepter , me résigner et grandir comme je pouvais dans un monde trop violent qui décidait constamment pour moi … Après des changements bi-annuels , annuels parfois mensuels , de lieux de vie , j’ai à l’adolescence fait entendre ma voix, mais même à ce moment là elle fût trop douce , trop étouffée pour qu’on m’entende ! J’ai bien essayé de fumer 2/3 joints , qui me firent peur face à la perte de contrôle qu’ils provoquent . J’ai tenté de me  » dévergonder comme mes amies de fortune, je n’y ai trouvé que des agressions , et notamment sexuelles. J’ai tenté de me faire du mal et me convaincre que je ne voulais pas vivre , en me scarifiant et faisant des « appels au secours  » plus que des tentatives de suicide réelles, mais là encore j’avais en moi une rage de vivre , un élan de vie énorme au fond de mes tripes . Alors OUI je criais haut et fort que je voulais mourir , me faire du mal mais au fond je n’ai jamais aspiré qu’à être aimée !

Alors j’ai pas eu le choix , à 18 ans , DDASS oblige ( services sociaux avant ASE) , fallait sortir du système socio-éducatif et s’envoler . Mais qu’allais je faire ? Ma vie était une ruine, pas de réel soutien de nulle part , comment une feuille ballotée au grès des vents pouvait elle s’enraciner ? Une vraie question ! Alors j’ai appris à vivre au jour le jour . Ne pas se projeter et avancer d’un pas décidé , un pas après l’autre . J’ai eu mon premier job : nounou au domicile de l’employeur bilingue . C’était chouette , je faisais un peu partie de la famille . Je découvrais un monde plus paisible que le mien, où je pouvais enfin exploiter mon potentiel . Et puis j’ai rencontré un beau jeune homme, riche, intelligent…. et je suis « tombée » enceinte . Avec des valeurs de vie profondément ancrées en moi j’ai décidé de garder mon enfant, ma raison soudaine de vivre . C’était de la folie, une douce et juste folie, je n’étais moi même pas encore construite … saurais-je apporter tout ce dont un enfant a besoin ? Je l’aimais , c’est tout ce qui comptait et j’étais idéaliste de croire qu’avec L’amour on peut tout !!! Aujourd’hui je suis réaliste et je le crois toujours !

J’ai perdu mon job, les « amis » que je croyais avoir, et je me suis retrouvée à devoir construire sur une ruine …

Vous connaissez le diction qui dit :  » Ce qui ne te tues pas te rends plus fort.e  » ?

Bien cela a été ma devise durant de nombreuses années , ainsi que la phrase  » Mieux vaut être seul.e que mal accompagné.e » , là encore cela m’a permise de me protéger de personnes néfastes et dangereuses . Car il y a une loi mathématique qu’on ne peut pas éviter , si tu viens de nulle part , inévitablement tu attires les « bras cassés de la vie », les drogués, les alcooliques , les dépressifs en tout genre . Tu n’y peux rien c’est ainsi et c’est lourd à porter . Alors pour ne pas tomber dans des pièges , se protéger des dangers , il faut en être conscient.e et le vouloir fortement ! Il faut une dose de caractère , il faut de la résilience . Ah la résilience ! Ce concept très à la mode qui fait envie à tous les psys de la planète et qui est comme un antidote à bon nombre de maladies psychiques . On ne sait pas pourquoi certaines personnes le sont et d’autres non ! Et c’est tout un mystère . On m’a souvent dit que j’étais un cas de résilience d’école tant j’avais vécu de choses . Mais moi je ne sais pas , au fond je suis reconnaissante pour cet instinct de survie et de vie qui m’a été donné au fond de mon cœur !

Pour continuer , 1er bébé , je passerais les détails mais j’ai subi tour à tour après ma maternité de la violence conjugale, puis la misère , sans un sou, la solitude, puis les mauvaises fréquentations. bref , une vie de lutte sans fin !

J’ai eu ma Seconde fille à 23 ans . Je ne saurais si j’étais apte à être mère , je sais juste que mes enfants ont été mon carburant , ma raison de me lever le matin, de me battre pour elles, pour leur offrir un avenir meilleur , un avenir entouré d’amour malgré tout . Ce n’etait pas pour moi que je vivais mais uniquement elles. Il y a eu ensuite l’abandon, le suicide de mon conjoint , le rejet des gens . On me tenait pour responsable de mon destin, sans doute l’étais-je un peu ?… Je pensais mériter ce déferlement . Des années d’errance, de rêves enfouis dans mon cœur et de cauchemars éveillés . Et si j’étais une erreur me suis-je dit ? Si j’avais fait un choix criminel de faire des enfants , je ne pouvais pas abandonner , pour elles…. pourtant j’étais fatiguée par la vie à seulement 25 ans … Il n’y a que ceux et celles qui l’ont vécu qui peuvent comprendre cela . Vous savez se sentir âgé dans son corps tant on a déjà donné de soi pour survivre ! Trouver un sens , trouver une issue , comme un animal traqué … par la vie . Et si j’étais une erreur …. combien de fois je me suis posée cette question ?

La suite vous la connaissez ( voir article sur ma foi ) j’ai rencontré l’Amour divin. Celui qui m’a relevé . C’est ma foi personnelle et que toi qui lis ces lignes tu n’en es peut-être pas là . Tout ce que j’ai vécu, qu’est ce que cela m’a appris ? Que PERSONNE n’est une erreur ! PERSONNE ! même la pire des personnes n’est pas une erreur . Après ce qu’on fait de notre vie, les actes qui en découlent , ce que l’on accepte d’entrer dans notre cœur , cela relève de notre choix. On peut choisir la méchanceté , la violence , la vengeance quand on souffre , on peut… Mère Teresa disait  » la misère enfante des monstres … » Mais ce n’est pas obligatoire . On peut rester bon. C’est sûr dans un monde hostile on se fait avoir quand on est bon, combien de fois m’a-t-on dit  » tu es trop bonne Nelly , donc trop conne » et je rétorquais  » je préfère être bonne et conne toute une vie que méchante 5 mn ! »

Ce que l’on est amené à vivre dans ces moments de désert , d’errance , de désespoir on le vit c’est tout . Non TU n’es PAS une erreur ! Il n’ y a pas de hasard, nous sommes tous crées UNIQUES . Avec un chemin plus ou moins caillouteux , escarpés voir vertigineux mais chacun.e d’entre nous peut nourrir la capacité d’y arriver . Que tu sois né dans une famille pauvre ou non n’y change rien. Il y a des errances parfois pires chez certains  » riches » comme la solitude , l’abandon que chez certains pauvres . J’ai rencontré mon mari à 28 ans et la dépression je l’ai vécue à ce moment là . Moi qui était née pour survivre , je n’étais pas prête à  » vivre » auprès de personnes, un  » autre monde  » qui ne comprenaient rien, qui jugeaient et qui ne comprenaient pas le sens de la préciosité de la vie . Pour moi la richesse vient du cœur, pas du porte monnaie. D’ailleurs souvent quand on a un porte-monnaie trop rempli on est bien pauvre de tout ! Heureusement nous avons cimenté notre amour sur notre foi et avons bravé toutes les tempêtes et après ma courte dépression et quelques années, j’ai compris que j’avais du prix , et que cela a été bon de m’aimer un peu !

Par contre Je pars toujours du principe que la lumière est TOUJOURS au bout du chemin. EN matière de foi c’est évident mais aussi dans la vie en général. On peut dire aussi après l’hiver vient toujours le printemps , c’est ainsi , la création est ainsi . C’est la lumière qui chasse les ténèbres pas le contraire . Les ténèbres obscurcissent la lumière mais ne la chasse pas .

Ceci est valable également pour d’autres conditions, qu’on soit né.e en situation de handicap, sans bras, jambes, sans parole, sans audition, sans vue, autiste , atteint.e de trisomie, schizophrène … Pourquoi penser que c’est une erreur ? Les gouvernements eux mêmes le font croire, en permettant en première intention aux parents de pratiquer une interruption médicale de grossesse face à certaines « pathologies » ou handicap . » Cet enfant est une erreur « , « il ne mérite pas de vivre » , » il est « mal » construit « … qui sommes nous pour dire cela ? Un enfant est un enfant. Une vie est une vie . Lui /elle n’a rien demandé et son calvaire sera en fonction de ce qu’on fait de sa différence .

La plupart des enfants en situation de handicap ont tellement de leçons à donner à ce niveau là . Et ceux qui acquièrent de l’autonomie sont souvent ceux ou celles qui ont bénéficié d’un amour sans limites. Regardez la petite Naomie , atteinte de Trisomique 21 , actrice dans le film  » apprendre à t’aimer », regardez ses photos et voyez que son sourire est sans égal. Parce qu’elle est aimée et cela lui suffit ! Non elle n’est pas une erreur de la nature, elle est née comme cela et aura tant à apporter aux autres dans sa vie .

compte facebook : la jolie vie de Naomi

Enfant porteuse de trisomie 21

Vous allez me dire , qu’en est il des enfants malades ? Oui c’est affreux et pour l’avoir vécu , connaitre le désarroi, l’impuissance parentale est sans commue mesure . Mais même à travers la maladie , encore une fois on reçoit tellement . Tu es malade et jeune, tu te poses des questions , pourquoi ? Es tu une erreur de parcours ? NON je ne le crois pas . Parce chacun.e à notre façon laissons une empreinte indélébile dans ce monde . Nous ne sommes pas crée.es pour rien, notre Créateur avait tout prévu ! Souvent vous les enfants malades , les ados malades vous nous mettez un bon coup droit dans notre face pour nous apprendre ce qu’est la vie, la bataille , la rage de vaincre , le lâcher prise . Pas étonnant que Dieu a une affection toute particulière pour les enfants 😉 Oui parfois la maladie la mort s’invitent sans que nous les ayons invités. Pourquoi ? Qui a la réponse ? La seule chose que je sais c’est que TOUS les par’anges ont formulés la reconnaissance d’avoir eu leur enfant dans leur vie , même si c’était un temps court ou furtif . TOUS sans exception. Rien n’est du hasard..

Se trouver, apprendre à s’aimer tel.le que nous sommes

Alors oui tu es beau ou belle tel.le que tu es. OUI tu as de la VALEUR . Ta vie a du PRIX . Crois en tes capacités , ne te laisse pas ébranler par les circonstances . Et sache que tu n’es pas seul.e . Dans ce monde nous sommes des milliards. Certes il y a beaucoup de gens qui ne manifesteront aucun interêt pour toi, mais il y en a , qui auront dejà fait cette démarche, qui se soucieront de toi . Qui te tendrons la main. Qui te montrerons que tu n’est pas une erreur . Et si tu veux savoir où j’ai trouvé l’amour qui m’a transformée de l’intérieur , lis l’article sur ma foi. Cela ne te coûte rien. Certains évoquerons l’horoscope , d’autres le bouddhisme, d’autres le « pouvoir des pierres » ou de la lune …. moi je parle d’un NOM en toute liberté d’expression et de transparence . Sans radicalisme, sans arrière pensée . Juste témoigner de ce qui a changé dans ma vie ❤ . Et contacte moi en privé si tu en ressens le besoin.

Et comme le dit bien la Bible  » Aime ton prochain COMME TOI MÊME !

All you need is love

et si on faisait LE diagnostic ?

Je me rappelle très bien comment je suis arrivée à me poser cette question ! En fait , notre enfant avait des troubles du comportement très spécifiques, qui ne ressemblaient à aucun autre. Cela faisait des années qu’on parlait de trouble de l’attention, dysgraphie, on avait bien des problèmes familiaux, mais au fond de moi dès l’entrée en 6e , j’ai bien vu que ses comportements s’accentuaient et surtout le faisaient souffrir socialement .

Il voyait sa psychomotricienne, et je me questionnais . Je l’ai évoqué une fois et oui elle m’a conseillé de téléphoner au CRA de ma ville . Ils m’ont dirigé vers un pédospy qui, lui pourrait m’orienter . Mais comme vous le savez déjà, il a été malveillant, maladroit et ne nous a pas aidé. Pourtant la mère bien instinctive que je suis a séché ses larmes et est repartie de plus belle .

J’ai commencé à traîner sur YouTube, je tapais  » asperger » et j’ai regardé quelques vidéos . Et une m’a frappée à l’œil, un youtubeur qui parlait de son diagnostic et de ses troubles ( ci dessous !) , je n’en revenais pas! Ce qu’il décrit c’est mon fils !!! Alors j’ai cherché sur Instagram, et là aussi une jeune influenceuse décrivait ses particularités, rebelotte , c’était toujours mon garçon !

J’ai alors demandé à Eliott s’il acceptait de faire le pré-test sur le net, il a accepté. Je lui ai bien précisé que si je cherchais c’était pour l’aider et non l’enfoncer. Nous avons eu de belles discussions tous les deux, il était posé , il comprenait . Son aspi quizz était très équivoque ! Alors j’ai acheté un livre, d’un jeune américain de 13 ans qui décrit sans complexes ce qu’il vit au quotidien. Chaque soir mon enfant et moi étions sous la couette à raconter les histoires coquasses et rigolotes de ce jeune homme . Mon garçon n’en revenait pas , il aimait cela et me disait :

  •  » Tu vois je suis comme lui ! »
  •  » Ah maman ! Maintenant tu vas pouvoir me comprendre et arrêter de me demander cela … ! » ( en parlant de certains contextes similaires …

Quelque part, j’étais rassurée, il prenait très bien les choses et je le sentais prêt. Il a accepté de passer les diagnostics à Bordeaux .

Les tests ont été faits sur une journée complète , c’est fatiguant . Le plus souvent sur 2 jours mais notre fils ne voulait pas faire la route 2X. Il a été concentré, et vrai ( c’est une qualité qu’ont tous les autistes !).

Un mois après, le diagnostic est tombé. Je me rappelle, j’étais en stage, je suis allée dans ma voiture et j’ai regardé mes mails ( vive la technologie des téléphones portables où on peut tout faire de partout maintenant !) Ce qui était bizarre c’est que mes sentiments étaient ambivalents . A la fois je LE SAVAIS et à la fois j’en tremblais .

Quand j’ai vu que noir sur blanc était écrit, que mon enfant, mon tout petit, la prunelle de mes yeux, était atteint d’autisme, ce trouble, qui à ce moment précis, m’était totalement inconnu, je me suis mise à pleurer . Il y a eu cet avant et cet après….

Je veux écrire cet article sur le diagnostic car ce n’est pas anodin. Le mot AUTISME est lourd de sens , dans tout ce qu’il représente, et à la société, et de réel dans le quotidien . On sait à ce moment là que c’est irréversible . On sait à ce moment là que l’on fera face toute notre vie aux moqueries, préjugés, jugements . On sait à ce moment là qu’il va falloir se battre pour y arriver . Que c’est une abnégation et un renoncement . On sait aussi que quoi qu’il arrive nous l’aimerons encore plus fort . On sait à ce moment là que nous allons le protéger du mieux que nous pouvons face à un monde impitoyable, mais qu’il va nous apporter son lot de singularité et de beauté . On sait à ce moment là les pourquoi, de tous ses comportements incompréhensifs et inadaptés . On sait à ce moment là que tous les jugements qu’on nous a déjà posé étaient faux et une chape de plomb du nom « culpabilité » tout à coup se met à tomber de nos épaules !

Finalement, qu’est ce qui rend ce diagnostic si dur alors ? Encore une fois , je suis désolée de le dire car je pense que c’est inconsciemment humain : LES AUTRES !

Déjà on aimerait que tout le monde sache ! Non pas pour se plaindre mais parce qu’on aime son enfant et on n’a surtout pas honte de lui, et puis qu’on se le dise, pour certains il y a un petit côté « vengeur » qui dit :

 » AH tu vois , mon fils n’était pas un sale gosse et NON je ne l’ai pas mal éduqué , il est juste autiste !!! »

Non le plus dur c’est que les personnes vont toutes réagir de la même manière : en donnant leur opinion sur la chose !!! Comme si chacun.e détenait LA vérité sur le sens et la réalité .

 » Mais non tu te trompes Il n’a pas l’air autiste ! »

 » Tu crois pas que tu exagères ? »  » N’importe quoi de nos jours tout le monde est autiste ! »

 » Arrêtes de lui trouver des excuses, j’y crois pas ! » ou  » Ah franchement ça va , c’est pas un cancer , relativise… »

Ce qui se voit et ce qui ne se voit pas

Mais en fait , on n’a pas besoin de cela ! Savez vous de quoi on a besoin ? D’AMOUR !

Comme pour tout diagnostic , qu’il soit grave ou non, j’entends par là, mortel ou non . Ce type de diagnostic suppose un changement de vie . Donc un deuil . Oui il y a une forme de deuil . Celui de l’enfant  » normal » ou « neurotypique » , celui de passer inaperçu, de se fondre dans la masse . Il y a la perspective d’un long travail pour aider la personne en situation de handicap et aussi d’aménagements à très longs termes. Il y a la perspective d’avenir, qui taraude, heureusement que je m’abandonne à Dieu, pour ma part afin de ne pas tomber dans les angoisses. Mais tout le monde n’a pas la foi, n’a pas la capacité de faire confiance en l’avenir . Imaginez les parents qui vivent cela, les millions de questions qu’ils se posent à ce moment là ! La seule chose qu’ils aimeraient c’est prendre la place de leur enfant pour lui éviter tout cela .

Non, personne ne veut l’opinion des autres mais cet amour qui porte, qui transcande, qui motive et relève. L’amour inconditionnel, des proches, famille, amis . L’amour de ceux qui ne disent rien d’autre que :

 » On sera là  » ,  » Cela ne change rien pour nous  » ,  » Si tu as besoin comptes sur moi  » .

L’amour de ceux qui croient pour vous quand vous perdez vos forces. Ceux qui vous encouragent au plus fort de la tempête . L’amour est un puissant carburant surtout dans le milieu du handicap . Car quand le diagnostic tombe, on découvre la MDPH, la paperasserie, les droits et devoirs . Un monde à part .

Je voulais en parler car personne n’est à l’abri d’un diagnostic . Il est à la fois libérateur, révélateur et marque le jour d’une pierre blanche pour toujours . Changeons nos regards , nos paroles , nos interprétations.

Eliott, lui l’a bien vécu. Il a été exemplaire . Au début il avait peur qu’on l’évoque à l’école . Il n’est pas encore très à l’aise, faut dire que le collège n’est pas le lieu d’inclusion par excellence , les enfants sont dans un âge assez égoïste et critique en matière de sociabilisation. Mais il le vit bien, il sait que je suis partie en croisade sur l’autisme pour faire changer les mentalités et que je parle de son quotidien. Il me laisse faire et me fait confiance . Je me demande même s’il est pas fière de sa petite maman… mais ne croyez pas qu’un jour il me le dise ! Cela reste un TSA , pas très expressif 😉

J’ai passé l’annonce du diagnostic, je suis passionnée par l’autisme et la découverte de qui il est . Quelle belles facettes ils ont . Je me battrais toute ma vie sur cette terre contre les préjugés car on ne connait pas l’autisme tel qu’il EST réellement . Ce sont de belles personnes qui ont tant à apporter à la société . Ils ont une vision du monde tellement plus juste , honnête . On a de l’intérêt à apprendre d’eux .

Depuis sa sœur a elle aussi eu un diagnostic d’autisme de posé sur sa personne et sa vie . Comment le vit-elle ? Bien et grâce essentiellement à ses amis . J’ai anticipé les choses en envoyant un message groupé à tous ceux qui vont l’apprendre dans notre cercle d’amis et proches . Leur demandant de garder leur opinion et que nous ne recevrons que les messages aimants. Cela nous évite les blessures inutiles, et permet de recevoir ce dont nous avons besoin.

Je suis touchée par les jeunes adultes qui gravitent autour de ma fille , TOUS ont réagis avec beaucoup de positivité et de compassion. Tous l’ont entourée là où beaucoup de personnes n’ont pas su le faire pour moi lors du diagnostic de mon fils . Aucun jeune ne lui a donné son opinion. C’est beau n’est ce pas ?

carte en cas de crise autistique

Je suis fière de mes enfants atypiques, fière de leur particularité, de leur singularité . Fière de leur intelligence et regard sur la vie . Fière de leur foi . Je veux aussi encourager les parents qui ne trouveraient pas la force de dépasser le diagnostic, ce n’est pas une fin mais un début . Début d’un apaisement car prise en charge, début d’une connaissance de l’autre , début et reconstruction de tellement de choses . Voyez vos enfants uniquement avec le cœur, ils en seront d’autant plus beaux à vos yeux et émerveillez vous , encore et encore . Rien n’est du hasard . Dites vous que cela va aller, même s’il va y avoir des moments difficiles vous n’êtes pas seuls !

Autistiquement vôtre !

Nelie

#touchepasàmonIEF

Face à l’annonce d’Emmanuel Macron, hier, notre Président de la République, d’arrêter l’école à la maison et les écoles alternatives dès la rentrée 2021, je me devais de revenir dessus et de parler de la réalité du terrain. Nos dirigeants ont bien de décisions à prendre mais j’avoue que celle-ci fait office de tsunami sociétal, car elle touche directement la LIBERTE des parents . Nous avons plusieurs manières actuelles d’apporter l’enseignement obligatoire à nos enfants :

  1. L’école publique française
  2. L’école privée sous contrat d’Etat
  3. L’école privée hors contrat dite alternative
  4. L’instruction en famille IEF
Instruction en famille autrement dit à la maison

Il faut savoir que c’est l’instruction qui est obligatoire et non le mode . Pour le moment .. Le choix de l’éducation à apporter à nos enfants est un DROIT constitutionnel, puisqu’il est tout droit tiré de la charte des droits de l’homme .

Alors pourquoi maintenant ? Pourquoi le gouvernement s’inquiète d’une minorité ? 50 000 enfants sur combien de millions ? Ils nous parlent d’intégrisme religieux , particulièrement islamique … mais combien y a t-il d’enfants en France, enseignés par des intégristes religieux ? Combien de familles les envoient dans les rangs de Daesh ? Les terroristes venaient-ils tous d’une école à la maison où d’une école coraniques alternative ? La réponse évidement est NON ! La majorité des parents qui choisissent ce mode d’instruction le font pour plusieurs raisons mais très rarement , celui de l’intégrisme religieux … à moins que le mot  » intégriste » n’a pas le même sens pour tous !

film Etre et Devenir

Détaillons les raisons majeures qui poussent les parents à déscolariser leurs enfants :

La liberté d’apprendre de manière adaptée et selon le rythme propre de chaque enfant

Car oui , l’école dirige les enfants dans une seule voie, avec des apprentissages qui ne prennent pas en compte leurs intelligences multiples, leur mémoire, qu’elle soit visuelle, auditive ou kinesthésique. Je me suis formée un peu sur les possibilités infinies du cerveau et la meilleure méthode d’apprentissage est d’allier les trois. Or dans nos classes, on encourage le silence et on couche tous les apprentissages sur polycop, l’enfant n’a pas de possibilités de mouvement et fais bien souvent face à de la dévalorisation pour son  » mauvais comportement » que de la valorisation et de l’ encouragement . Je dis bien,  » bien souvent  » il y a des exceptions à la règle. Donc oui les parents qui choisissent l’IEF veulent un apprentissage plus adapté et moins déstructurant pour leurs enfants . Avec la liberté d’apprendre en mouvements, dans le canapé , dans le jardin , en bougeant, en sirotant un jus ect…. dans la nature , en faisant des musées, expérimentant les éléments … De l’enseignement par l’exemple .

mathématiques et comptage en réel
cours d’anatomie en vidant un poulet ou du poisson
Visites de nombreux musées sur tous les thèmes
Récupération d’insectes pour faire un tableau
Apprendre paisiblement sans stress, en expliquant et en revenant sur les choses à acquérir

Autre raison : Sécuriser nos enfants, par rapport au harcèlement scolaire

Combien d’enfants aujourd’hui subissent du harcèlement scolaire ? Quelle école n’est pas impactée par ce fléau ? D’où vient ce harcèlement scolaire ? Cherchons un peu … Céline Alvarez l’a bien expliqué dans ses travaux , ( les lois naturelles de l’enfant ) qu’un enfant qui n’est pas apaisé dans ses apprentissages, pas considéré, ne sera pas empathique et aura tendance à écraser les autres. Bien sûr il y a une loi ! Mais quel parent ose la brandir ? Quel parent veut entrer dans une bataille sans fin ? En général tout parent bien constitué cherche à régler le conflit de manière discrète , rapide … Mais qu’ont ils en face d’eux ? Une administration qui fait bloc, qui minimise les choses, des professeurs blasés qui disent à l’enfant  » d’aller jouer plus loin » ou pire qui vont culpabiliser le harcelé … du style :

 » Qu’a-t-il fait pour qu’on l’embête ? » ,

 » Il n’a qu’à se défendre ! »

 » Mais non le harceleur est un enfant brillant et tellement gentil, c’est impossible … »

C’est du vécu ! Et je le vois tous les jours , des parents écœurés, abandonnés, qui essaient de protéger leurs enfants tant bien que mal, face à une société qui préfère cautionner la violence plutôt que d’oser lutter contre elle . La loi du plus fort, principe même de la chaîne alimentaire … sauf que nos enfants ne sont pas des animaux et on les blessent durablement avec de tels agissements. Que dire de nos filles qui se font agresser sans cesse par des garçons de plus en plus attirés par le sexe, plus que par le respect de la femme . Et que l’on soit habillée légère ou pas, cela ne donne aucun droit aux garçons de les violenter et tenir des propos injuriants à leur égard.

Ce qui pousse à l’IEF ce sont aussi le respect des valeurs spirituelles et religieuses

Alors oui on peut pousser les mots très hauts: l’intégrisme religieux ! Qui parle d’intégrisme religieux ? Des francs maçons qui courent les loges maçonniques et qui ont eux même une idéologie bien présente . Ils sont partout , éducation nationale, gouvernement et autre. Oui nous sommes des hommes et femmes de convictions, de foi . Que l’on soit musulman, chrétien évangélique ou autre. Dès que nous prônons d’autres valeurs que l’homosexualité libérée, le genre, l’avortement ou l’interruption médicale de grossesse à outrance, l’euthanasie… pour eux nous sommes intégristes . Il y a de vrais intégristes certes mais que fait l’Etat de ceux qui sont sur les listes noires pour ne pas qu’ils passent aux actes terroristes ? Rien . Regardez la crise du COVID 19 et le cas de l’église de la porte ouverte . Ils ont subi une vague incroyable de propos haineux, xénophobes, une persécution sans précédent. Non, prôner des valeurs et ne pas partager les mêmes que tout le monde ne font pas de nous des intégristes religieux. Les parents en IEF , recherchent ces valeurs de respect, d’adaptation, d’acceptation de l’autre, de droiture, de respect de la vie, de la nature, de leurs croyances …. Le gouvernement n’a pas à vouloir enseigner à nos enfants une pensée UNIQUE .

Pensée

Vouloir inculquer une pensée unique à un peuple c’est une forme de dictature . Ce qui est beau dans l’humain c’est cette richesse des dons, talents, pensées. Dieu ( ceci est ma conviction personnelle ) ne nous a pas voulus UNIQUES. Nous sommes tous différents et la différence est importante, nous devons la protéger, apprendre à nos enfants que quel que soit leur physique, QI, condition sociale , ils peuvent être utiles. Ils ont tous des dons, le tout est de les aider à les découvrir. L’école à la maison c’est ça ! Aider l’enfant à ouvrir son potentiel. A trouver sa voie . A se donner et recevoir . Mes enfants faisaient des dessins magnifiques en IEF . J’étais émerveillée. A l’école ils n’y arrivaient pas, pas de temps , comparaisons, critiques . D’ailleurs en retournant dans le système qu’ont ils appris ? Ils ont lâché le crayon, et se sont mis aux écrans … comme les copains … triste réalité .

Mon fils a découvert son talent pour les maths et en calcul mental avec un talkie walkie !

L’IEF pour éviter l’influence négative … et ainsi protéger nos enfants et ados des dangers

Il y a quelque chose d’important dans cela, combien de parents ont été choqués de voir qu’un enfant retournant à l’école dit plus de gros mots et de plus en plus tôt. L’IEF empêche cela , à condition bien sûr qu’ils soient éduqués dans ces valeurs . Combien ont vu leur enfant ou ado changer en retrouvant le système scolaire, qui ne peut pas empêcher la parole disons le ! et ont dû faire face à des dangers comme le cannabis, qui se trouve très facilement devant les établissements? Mais aussi les premiers amours pas toujours adaptés et influencés, aux dangers du porno dès la 6e ( véridique, une étude démontre que 95% des collégiens ont déjà vu un film porno ) Combien ont dû faire face aux dangers des réseaux sociaux, à l’influence des jeux vidéos addictifs, type FORTNITE ? Combien voit-on d’enfants de primaire jouant à des jeux interdits aux – de 18 ans ? Les parents qui choisissent l’IEF veulent protéger aussi leurs enfants de ces influences néfastes qui happent nos enfants et créent bons nombre de conflits parents/enfants .

La joie d’une vie sans écrans et en harmonie avec la nature et ce qui nous entoure

Parlons de la réalité du handicap et de l’atypisme à l’école

Oui la France compte un grand nombre d’enfants en situation de handicap et d’autres atypismes qui ne relèvent pas du handicap. Un enfant sur 100 est diagnostiqué autiste , 350 000 enfants étaient en situation de handicap en 2015 , tout handicap confondu . Dont 279 000 scolarisés en milieu ordinaire. En 5 ans on imagine que le chiffe a augmenté face à la recrudescence des prévalences des handicaps et la recrudescence des diagnostics posés. Parlons des TND ( troubles neurodéveloppementaux ), ce que je connais le mieux .

Le nombre d’enfants porteurs ne fait qu’augmenter chaque années. Chaque année les professeurs voient arriver ces enfants dys , tdah , Autistes, mais aussi hauts-potentiels en grand nombre dans leur classe. Presque 1/3 . Pas assez d’AESH ( accompagnateur d’enfant en situation de handicap )car comprenez que c’est un métier difficile, mal payé ou on vous colle 5/6 enfants pour la semaine , tout handicap confondu, avec une formation light , et débrouillez vous . Donc il en manque cruellement . Mais ces enfants, et ces professeurs, ont BESOIN de ces AESH, indispensables pour des apprentissages adaptés et sécuriser les enfants ( car cela fait partie aussi de leur rôle ) . Alors que fait-on ? On les met sous thérapeutiques médicamenteuses ( comme aux US ) avec de la ritaline et psychotropes à outrance . Au moins là ces enfants ne dérangent plus … On récupère chaque soir des enfants handicapés sous pression, énervés, déprimés, dévalorisés qui font des crises chaque soir tant la charge émotionnelle a été forte tout au long de la journée . Le quotidien de ces enfants et leurs familles peut devenir un enfer. Les parents d’enfants handicapés qui choisissent l’IEF, le choisissent par sécurité, ils les protègent .. Envie que leur enfant évolue malgré le handicap . Envie de leur offrir le nécessaire à la résilience et à un accompagnement adapté . Et nous ne pouvons que les encourager. L’école n’offre pas la possibilité d’une inclusion. On en parle mais rien n’est fait. Tout reste à la charge des professeurs abandonnés et par conséquents beaucoup deviennent blasés voir défaillants . C’est désolant . .

L’état de l’école française

Arrêter le choix de l’instruction à domicile pour une école innovante , inclusive, respectueuse , dynamique, sécurisante, qui respecte le vrai principe de laïcité, une école où les élèves seraient entendus , respectés, valorisés, mais aussi où les professeurs auraient la possibilité de mettre des choses en place , de choisir leur pédagogie parmi toutes celles qui existent, serait accepté , cohérent . Céline Alvarez par ses conférences tente depuis des années de faire entendre les choses .

Mais aussi une école à l’image des pays pour qui cela fonctionne, où l’on pourrait prendre réellement exemple. Par exemple à la maison on peut choisir sa méthode de mathématiques , personnellement j’ai choisi la méthode Singapour la meilleure au monde ( primée ) car respectueuse du fonctionnement de l’enfant , méthode interdite à l’école française … pourquoi ?

Que dire d’une école où on oblige les enfants d’y aller dès 3 ans , ce sont encore des bébés !!! Nous sommes les seuls en Europe et pourtant les plus mauvais au classement .

Avons nous Une école où l’on pourrait apprendre selon sa propre intelligence, expérimenter, une école qui est considérée par son Etat et son gouvernement ? Où on débloque des fonds et on considère son personnel . Combien de professeurs démissionnent au profit d’étudiants porteurs d’une licence quelconque qui choisissent l’enseignement pour avoir un métier et avoir plus de vacances ( une réalité ) .Mais nous n’avons pas une telle école .

C’est bien pour cela que de plus en plus de parents choisissent l’IEF . Pour toutes ces raisons, des gens intelligents, proches de leurs enfants choisissent de prendre les choses en mains. Ils veulent offrir à leurs enfants d’aller à leur rythme, d’être des enfants apaisés . Alors battons nous pour maintenir ce droit . Droit d’être des parents libres de nos choix . Droit de montrer à nos enfants qu’ils peuvent apprendre la vie autrement que comme des montons sans intelligence. Battons nous pour lutter contre les inégalités, pour soutenir les parents et apporter plus de solidarité .

L’IEF est encadrée par des inspections académiques chaque année et des inspections sociales locales tous les 2 ans . On ne peut pas poursuivre si l’inspection à domicile n’a rien donné de probant . Tout ceci est largement suffisant même si les familles sont prêtes à jouer le jeu d’inspections renforcées pour garder leur droit .

Encourager la créativité
Pedagogies alternatives type Montessori

Merci de m’avoir lue , je vous laisse des liens internet , y compris les pétitions en ligne à signer

Nelly Hourcade

https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/i-58

https://www.mesopinions.com/petition/enfants/instruction-obligatoire-ecole-2021/107379?fbclid=IwAR2PoUy-iALl-FF1Q6ohaSg7gkrTNwwNRBbzsAkxKW9VYVrPNlHEY9pGKUw

https://www.lesenfantsdabord.org/?fbclid=IwAR2LOJjCBxekg5DRVmoo_EkbB7Pyqh9tg8kdWe2Wghlf8_uILLF5oHH1tE8

https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/index.html

Nos chemins de vie

Ce matin , j’avais envie de vous écrire un article , sur les chemins de vie . Je suis à chaque fois surprise voir émerveillée de voir comment nous sommes  » guidés  » dans nos existences en fonction de ce que nous vivons. Je sais que rien n’est du hasard ( c’est ma conviction) et je me laisse porter au gré des chemins que j’empreinte.

Il y a peu j’ai commencé de revoir mon avenir professionnelle, après avoir été nourrice agréée ,dans l’associatif, le bénévolat , secrétaire médicale et autres, mon rêve que j’aspirais a été atteint ( voir article  » croire en ses rêves « ). Je suis à présent Auxiliaire de puériculture diplômée d’Etat et j’étais jusqu’à il y a peu de temps , prête à m’engager dans un service hospitalier afin d’y faire ma carrière professionnelle. Mais le cours des choses , la vie (…) en a décidé autrement . Vous êtes au courant, si vous parcourez ce blog, que notre fils cadet a été diagnostiqué en janvier 2020, autiste, sans déficience Intellectuelle ( sans DI) autrefois on appelait cela  » asperger  » . Et plus j’avance dans ses prises en charges, mes lectures et formations que je fais concernant l’autisme, plus je prends conscience des besoins de changer les choses ! Que de préjugés ( comme toute différence ou handicap ) que de barrières , de manques , de résistances au changement, d’ignorance, même du côté médical !

Et par conséquent, que de désespoir , de combat, de fatigue , de besoins en matière de parents. Je ne vois que des parents qui luttent , se prennent des coups et recommencent à lutter. S’il y a un monde que je ne soupçonnais pas , où je vois un amour inconditionnel pour l’enfant , une capacité à se battre , une résilience de tous les instants , c’est bien dans le monde du handicap ! Ces parents ont tant à nous apprendre ! Et pourtant , que de jugements , de rejets, de silences , d’attentes … Ils sont très souvent à bout de force . Parfois même ils en deviennent défaillants, démissionnaires…Qui pourraient les blâmer ? Le monde du handicap a besoin d’émerger , ils sont nombreux en France , tous handicaps confondus . L’autisme représente une Naissance sur 100 , 44 enfants par jour naissent atteints de TSA ( trouble du spectre autistique ) .

Ces parents, tout comme les parents endeuillés, ont besoin de toute la société pour faire face au quotidien. En matière de parentalité c’est l’affaire de tous . Mais qui en prend conscience ? Ne sommes nous pas culturellement en train de nous plaindre incessamment, de juger l’autre afin de mieux nous autosatisfaire ? Pourtant je suis convaincue que si les parents , quelles que soient leurs conditions de vie, prenaient la peine de s’entraider les uns les autres dans les bons moments de leur vie et ainsi éduquer leurs enfants de cette manière, par l’exemple, nous deviendrions une société plus inclusive, plus respectueuse , plus agréable . Regardez le nombre d’agressions que l’on subit en une journée , en voiture, à l’école, au supermarché, parfois au travail …? Et si on changeait de manière de faire ?

C’est autour de tout cela que mon chemin se dessine, vers le soutien à la parentalité . Que ce soit au café des par’anges, où en ce qui concerne mon combat pour sensibiliser à l’autisme, je ne conçois pas tout cela sans aider les parents dans leur chemin de vie. Qui n’a jamais été en situation de faiblesse ? Dans la nature celui qui est faible sera mangé par celui qui est fort, Ce qui nous diffère du règne animal c’est l’intelligence , et l’intelligence est complétée par l’émotionnel . Avons nous de l’empathie pour l’autre ? Serions nous prêt à sortir de notre zone de confort afin de tendre la main ? En ayant à l’esprit que l’humain a la capacité de reprendre le cours de sa vie en général , sauf exception, et pourrait ainsi contribuer à son tour à tendre la main à d’autres . Au fond qu’aimerions nous que les autres fassent pour nous ? C’est cela mon light motif, amener à s’interroger . La vie m’a donné beaucoup à travers d’autres personnes sur mon chemin de parent , à mon tour de donner ce que je suis en capacité de faire . Je crois fermement en cette chaîne de solidarité , où tout devient possible. Avec les réseaux sociaux c’est encore plus facile . Et si on mettait à profit ces nouvelles technologies ? C’est aussi pour cela que je me suis inscrite à un DU de soutien à la parentalité . J’attends un réponse d’ici le mois de novembre …

Etre parent est la plus belle et la plus difficile des aventures. Il n’y a aucune recette parfaite, chacun.e compose avec ce que l’on a reçu et vécu, et ce qui complique c’est que la plupart du temps nos départs dans la vie ne dépendent pas de nous ! Donc l’idée est d’apprendre , cheminer, essayer, abandonner certaines choses, recommencer, chercher …. C’est cela la vie de parents , on comprend pourquoi on est fatigués à la longue . Surtout que nos enfants grandissent , évoluent, affirment aussi leurs envies et besoins, alors arriver à composer une harmonie avec tout cela, ce n’est pas toujours évident mais c’est réalisable avec beaucoup de positivité 🙂

Je souhaite amener les parents à apprendre à s’écouter, mais aussi prendre des idées , être encouragés, reprendre confiance, trouver des outils, des solutions et surtout ne pas se sentir seuls . Je continue pour cela de me former, afin d’acquérir un maximum d’outils pour effectuer cette tâche .

Parallèlement, je me forme à l’autisme et j’ai vraiment été secouée de voir que dans ce domaine il y avait beaucoup à faire . Cela m’a profondément bouleversée et notamment en ce qui concerne les besoins de dépistage et de prise en charge. C’est pour cela que je me suis lancée dans la sensibilisation à l’autisme . Auprès des professions médicales, para médicales , sociales … Encore un combat pour amener à une prise de conscience et encourager au dépistage précoce . Je n’y étais pas préparée, qu’importe , quel parent l’est ?

Alors oui, souvent la vie nous amène sur des chemins qu’on avait pas programmé… des chemins différents que ceux qu’on aurait aimé ou même imaginés . Mais qu’importe , ce sont des chemins  » tracés » qui nous amènent au fond, là où nous devions être ! Alors oui le soutien à la parentalité est ce que j’ai à cœur et je m’engage avec joie et détermination sur ce chemin 🙂

Et toi ? pensais-tu construire ta vie ou la continuer sur un chemin particulier ? Es tu bouleversé.e de voir que les portes ne s’ouvrent pas ? Je suis convaincue que les portes qui s’ouvrent et qui se ferment au gré de nos avancées sont autant de pierres sur notre chemin pour nous montrer la voie . Non je ne suis pas une idéaliste, encore moins pessimiste, ais je me definis comme réaliste. Plus l’humain cherchera à satisfaire ses propres désirs personnels et n’ouvrira ni son regard ni sa main à son prochain et plus il se perdra lui même . Pour finir je vous propose de regarder les fourmis, arrêtez vous un instant et observez … Elles travaillent sans relâche , chacune une tâche bien particulière, elles le font ENSEMBLE , une fourmi seule est vouée à mourir. C’est leur union qui fait leur force et permet la survie de leur nid, leur éspèce . Un bel exemple pour nous les parents . Excellente journée à chacun.e

Nelly

la solidarité des fourmis